3 Dans A la une/ Lectures

3 romans et 3 BD

legerete

Aujourd’hui, je partage avec vous 3 livres et 3 BD que j’ai particulièrement appréciés le mois passé. Bibliophile, je dévore les livres et je n’arrive pas à croire que j’ai jamais blogué au sujet de mes lectures… Voici le premier article consacré aux livres! J’espère que cela vous plaira.

allumettes-suedoises

Les allumettes suédoises

Auteur : Robert Sabatier
Editeur : Albin Michel
Date de publication : 1969
Genre : Roman

Sur les pentes de Montmartre, un enfant de dix ans, Olivier, erre le jour et aussi la nuit dans ce vieux quartier de Paris du début des années 30. Sa mère, la belle mercière, vient de mourir et il vit en partie chez le jeune couple formé par ses cousins Jean et Elodie, mais surtout dans les rues de ce temps-là, vivantes, souriantes, animées. C’est là qu’il rencontre une multitude de personnages populaires qui vivent et se croisent sous son regard vif, émerveillé, parfois mélancolique. Soumis à toutes sortes d’influences, cet enfant verra peu à peu la féerie des rues effacer sa peine et sa solitude.

Mon avis

Un vrai retour en enfance grâce à ce roman, premier tome d’une série de 8 livres. J’ai été plongée dans le monde de l’enfance avec Olivier. J’ai joué à travers ses yeux dans « sa » rue Labat qu’il aime tant. J’ai rencontré Bougras, un septuagénaire anarchiste, Daniel surnommée « l’Araignée » à cause d’anomalies physiques, la belle et élégante Mado, Albertine la gentille ménagère et les copains de classe Loulou et Capdeverre. Comme Olivier, pour rien au monde, je n’aurais quitté cet endroit!

Je pensais que ce roman allait être très triste vu la situation d’Olivier, mais ce n’est pas le cas (hypersensible, j’ai quand même eu les yeux humides à certains moments…). J’ai souvent eu le sourire, j’ai chantonné les chansonnettes d’antan, apprises avec ma grand-mère et dont je ne me souvenais plus, j’ai été touchée par le personnage du vieux Bougras, qui prend Olivier sous son aile et l’emmène avec lui lors de petits travaux pour se faire de l’argent de poche.

C’est un roman doux et agréable qui ravivera peut-être des souvenirs de votre propre enfance, avec une pointe de nostalgie.

Extrait/Citation

« La rue, comme une barque légère amarrée à la capitale, tanguait, fragile, au fil des évènements, luttait contre les misères quotidiennes, parfois prenait de l’altitude ou chantait pour oublier ses malheurs. »

Trois sucettes à la menthe

Auteur : Robert Sabatier
Editeur : Albin Michel
Date de publication : 1972
Genre : Roman

Olivier, le petit garçon des Allumettes suédoises, a quitté sa chère rue Labat pour aller vivre chez son oncle. Autant dire, pour l’enfant, changer de planète. L’univers bourgeois, l’appartement cossu, la vie mondaine des Desrousseaux le surprennent et le déconcertent. Olivier s’intègre difficilement. Mais ainsi va la vie, et bientôt il s’apercevra que sa curiosité est sans cesse mise en éveil. Qui est vraiment l’oncle Henri? Et la tante Victoria?

Il y a aussi les cousins, les deux bonnes, et, comme on reçoit beaucoup, toute une foule de personnages cocasses, grandioses ou ridicules. Et puis, et surtout les rues de Paris, le canal Saint-Martin, les étonnants Grands Boulevards, leurs passages mystérieux, leurs théâtres, leurs cinémas, leurs music-halls…

Mon avis

Pour ce 2e tome, on retrouve Olivier, recueilli par son oncle et sa tante, les Desrousseaux dans un environnement bourgeois. Les vacances sont finies et il a dû quitter sa rue du jour au lendemain. Il doit maintenant apprendre un autre mode de vie, très différent d’avant.

J’ai trouvé ce roman un peu lent à démarrer. C’est seulement lorsque les cousins Marceau et Jami font la connaissance d’Olivier que l’histoire devient intéressante. Peut-être que l’écrivain a voulu que le lecteur, comme Olivier, s’habitue petit à petit à cette nouvelle vie?

Nostalgique de la rue qu’il a dû quitter et des souvenirs de son ancienne vie, Olivier trouve refuge dans les livres auxquels il n’avait pas accès auparavant. Il est transporté dans les histoires de Rémi de « Sans famille » et des « Trois mousquetaires ».

J’ai adoré le passage où l’oncle Henri emmène Olivier en promenade sur les Grands boulevards, le Petit Casino, le café des artistes et surtout cette fameuse sucette à la menthe qu’il reçoit et savoure avec plaisir!

Extrait/Citation

« – Que feras-tu quand tu seras grand ?
– Je travaillerai aux Papeteries ?
– Si cela te plaît, bien sûr. Mais tu auras peut-être envie de faire autre chose. Il faut toujours faire ce dont on a envie. Sinon, on le regrette toute la vie…
– Hmmm, mon oncle, fit vaguement Olivier.
– Et à part la papeterie, qu’est-ce que tu aimerais faire ?
– Plein de choses ! jeta Olivier.
Tandis qu’il ramassait les dernières miettes du tom-pouce, un cortège se formait dans sa tête, un cortège composé de tous les Olivier Chateauneuf qu’il portait en puissance : Olivier chanteur d’opéra (mais, tu chantes faux, lui disait sa tante), Olivier marin (tant pis pour le mal de mer), Olivier coureur automobile, Olivier boxeur, Olivier montreur de chiens savants (comme Vitalis dans « Sans Famille »), Olivier champion de tennis, et encore médecin, explorateur, cavalier, acteur…
– Plein de choses, mon oncle ! Je voudrais être… tout ! »

histoire-vraie

D’après une histoire vraie

Auteur: Delphine de Vigan
Editeur: Lattes
Date de publication: 26/08/2015
Genre : Roman

« Ce livre est le récit de ma rencontre avec L. L. est le cauchemar de tout écrivain. Ou plutôt le genre de personne qu’un écrivain ne devrait jamais croiser. »
Dans ce roman aux allures de thriller psychologique, Delphine de Vigan s’aventure en équilibriste sur la ligne de crête qui sépare le réel de la fiction. Ce livre est aussi une plongée au cœur d’une époque fascinée par le Vrai.

Mon avis

Delphine rencontre une femme, écrivain également, L., qui va devenir son « amie » et qui va petit à petit s’insinuer dans sa vie. Comme une épée de Damoclès, on s’imagine facilement ce qu’il va se passer à la fin, mais on attend quand même le dénouement avec impatience.

J’avais lu d’autres romans de Delphine de Vigan et j’avoue que je ne m’attendais pas du tout à cela. J’ai vraiment été happée dans cette histoire au point que je n’arrivais plus à lâcher le livre, pourtant je ne suis pas fan des romans à suspens. La tension est à son comble, surtout dans les derniers chapitres!

C’est un livre étrange, qui ne laisse pas indifférent et qui m’a fait penser au film Misery de Stephen King.

Extrait/Citation

« Quiconque a connu l’emprise mentale, cette prison invisible dont les règles sont incompréhensibles, quiconque a connu ce sentiment de ne plus pouvoir penser par soi-même, cet ultrason que l’on est seul à entendre et qui interfère dans toute réflexion, toute sensation, tout affect, quiconque a eu peur de devenir fou ou de l’être déjà, peut sans doute comprendre mon silence face à l’homme qui m’aimait. »

legerete

La légèreté

Auteur: Catherine Meurisse
Editeur: Dargaud
Date de publication: 29/04/2016
Genre: Documentaire/Biographie

legerete2

legerte3

Le 7 janvier 2015, les collègues et amis de Catherine Meurisse, dessinatrice de presse à Charlie Hebdo depuis une dizaine d’années, sont sauvagement assassinés. Après la tragédie, afin de s’éloigner de la violence, elle se met en quête de l’opposé du chaos: la beauté. Su son chemin, la Villa Médicis, à Rome, le Louvre, l’océan… Autant de lieux de renaissance et de retrouvailles avec la légèreté.

Mon avis

La couverture de cet BD m’a tout de suite interpellée, une aquarelle toute douce et pastel avec une femme de dos. Je ne m’attendais pas du tout à ce que ce soit un livre sur la reconstruction de Catherine Meurisse après Charlie Hebdo.

Catherine Meurisse part visiter de beaux endroits, la Villa Médicis notamment, en quête de beauté pour se reconstruire.

J’ai été très touchée par ce récit qui m’a également aidé pour mon propre chemin de reconstruction.

Loin d’un récit larmoyant, elle aborde avec humour un sujet difficile et personnel.

Extrait/Citation

« Qui t’a dit qu’il n’y avait pas de remède? Nous ne sommes pas des Titans. Nous ne devons pas livrer un combat téméraire aux questions insidieuses, nous ne devons pas relever leurs provocations, mais, baissant la tête, laisser passer la minute difficile, pour ensuite sourire de nouveau et tendre vers le bonheur. »

mouton1

Mouton

Auteur: Zeina Abirached
Editeur: Cambourakis
Date de publication: 25/10/2012
Genre: Album jeunesse

Quel enfant n’a pas un jour bataillé contre sa propre chevelure, ou subit les ravages d’un coiffeur sadique ?

Avec humour et tendresse, Zeina Abirached décrit une lutte engagée dès sa plus tendre enfance pour domestiquer la bouillonnante masse bouclée qui encadre son visage.

L’épreuve du shampooing, de la brosse, des ciseaux maladroits du coiffeur… Ruban, turban, chapeau : la petite fille tente toutes les stratégies pour rendre plus discret cet affreux mouton qui a élu domicile sur sa tête !

Mon avis

Après avoir lu « Le piano oriental » et « Mourir partir revenir : le jeu des hirondelles » de cette illustratrice (que je vous conseille vivement de lire aussi), j’ai eu envie de lire quelque chose de plus léger. Ma tignasse est aussi indomptable depuis toujours, et comme j’adore les moutons, je me suis empressée d’acheter ce livre.

C’est plutôt une BD pour enfants, je dirai. Mais les adultes apprécieront aussi, car les illustrations sont drôles et très colorées, toujours sur fond noir, comme dans les autres albums.

J’ai beaucoup aimé la double-page sur les chapeaux!

Le livre est basé sur un court métrage d’animation, à voir sur Youtube.

Extrait/Citation

« Je croyais que le coiffeur avait le pouvoir d’ allonger les cheveux (…)
Il m’a laissé avec un gros chagrin et une tête de mouton ! Héberger un mouton sur ma tête n’est pas toujours commode. J’ai tout fait pour me débarrasser de lui ! »

mouton2

open-museum

Open Museum

Auteur: Zep
Editeur: Editions Invenit
Date de publication: 13/04/2016
Genre: Album

Enfant, Zep n’aimait pas les musées. Aujourd’hui, à l’occasion de la carte blanche Open Museum #3, proposée par ce grand musée européen qu’est le Palais des Beaux-Arts de Lille, il s’y attarde pour notre plus grand bonheur. Armé d’un simple crayon, il revisite les oeuvres, les questionne, les pastiche… Avec le regard tout à la fois fin et malicieux auquel il a habitué son public, Zep propose ici une joyeuse petite histoire de l’art qui transforme le musée en un grand livre d’images et de cuisine.

Mon avis

Pour cette 3e édition de l’Open Museum du Palais des beaux-arts de Lille, c’est le papa de Titeuf qui s’y colle.

A l’inverse de Zep, je pourrais passer ma vie dans les musées! Et dans les livres aussi…

Ce livre mélange l’histoire de l’art et la BD. Zep nous fait voyager à travers les courants artistiques, de la préhistoire à nos jours avec son humour décalé.

Donc on apprend des choses, tout en se marrant! Et il y’a du zizi, tout petit, forcément…

Zep revisite les œuvres classiques comme « La Mélancolie » d’Albrecht Dürer ou « Le Concert dans l’Oeuf » de Jérôme Bosch qu’il réinvente sous la forme d’un concert de rock.

Si vous avez la chance de visiter le Palais des Beaux-Arts de Lille, Zep a même osé gribouiller sur les statues (via un projecteur, mais quand même!).

Extraits

« Enfant, je ne voulais pas aller dans les musées car ils me faisaient peur. Je trouvais qu’ils ressemblaient à un cimetière. »

open-museum2

open-museum3

Vous pourriez peut-être aimer

3 commentaires

  • Répondre
    Chloke
    10 juin 2016 21:34 at 21 h 34 min

    Coucou Chloé,
    Moi qui suit en phase « Sahara » au niveau des livres que je lis (j’ai dû arrêter il y a 1 mois pour me focaliser sur le bac et je souuuuuuuuuuufre -_-), cette petite sélection me séduit énormément, sur le premier des trois livres que tu nous a présenté Les Allumettes Suédoises. Qui, sait, ce sera peut-être l’un des nombreux livres que je projette de dévorer cet été !
    À très vite ♪

  • Répondre
    Marie
    11 juin 2016 9:12 at 9 h 12 min

    J’avais commencé à lire les allumettes suédoises il y a plusieurs mois. Je l’ai délaissé, je ne sais plus trop pourquoi. Tu m’as donné envie de le terminer car je ne savais pas que c’était toute une série ! Je vais donc m’y replonger très prochainement.

    Je pense que je lirai également la BD la légèreté dont les dessins ont l’air magnifique.

  • Répondre
    Julie Rêve
    16 novembre 2016 18:26 at 18 h 26 min

    Bonjour Chloé,

    J’ai découvert ton site récemment, je trouve qu’il est très sympa ! 🙂 J’aime beaucoup cette rubrique (je fais moi aussi des petites rubriques lectures sur mon blog), j’aime découvrir l’univers des BD depuis peu… Merci pour tes conseils de lecture ! 😀

    A bientôt ! 🙂

  • Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :